Si tu te reconnais dans la blessure du rejet, tu as l’impression d’être invisible.

Tu as le sentiment que personne ne t’écoute ou ne s’intéresse à ce que tu fais. Tes parents sont peut-être charmants, ont de l’amour pour toi et t’ apportent tout le bien-être matériel dont tu as besoin mais ils ignorent tes états d’âme. Ils te laissent faire ce que tu veux et n’interviennent pas dans tes choix, activités, amis, études, mais toi tu aimerais ça… Du coup, tu restes très discrete, il a appris à te taire pour ne pas déranger tes parents qui ne semblent intéressés que par leurs propres problèmes. Comme tu as beaucoup de temps pour la réflexion, tu développes souvent une grande intelligence. Parfois, tu peux te rebeller et forcent la conversation et le partage. Tu attirent l’attention de tes parents en accumulant les bêtises. On te traite alors de bavarde – et on te punit – ou d’hyperactives – et on te drogue pour te canaliser!

Les manifestations de la blessure du rejet

Quelqu’un qui a la blessure du rejet pense qu’il n’est pas suffisant pour recevoir l’amour:

  • Tu peux penser que ton physique n’est pas assez bien pour plaire
  • Tu peux penser que tu ne plais pas ou ne séduis pas pour quelconque autre raison
  • Tu peux penser que tu es trop vieille
  • Tu peux penser que ton caractère est trop compliqué, que tu es trop émotionnelle…

Bref, que quelque chose dans ton ÊTRE fait que tu es incapable d’être aimée.

Et cette blessure de rejet vis-à-vis de ton être peut se manifester sous plusieurs schémas en amour:

  • Le premier le plus évident est le rejet par tes partenaires. Les hommes qui te plaisent ne sont pas intéressés à commencer une histoire avec toi.
  • Tu attires des hommes qui cherchent à te changer: “ tu pourrais perdre quelques kilos”, “ tu pourrais être plus féminine” Et tu te remets facilement en question car au fond de toi tu crois aussi que quelque chose cloche en toi.
  • Quand l’amour se pointe à la porte tu n’y crois pas, tout simplement. L’homme aura beau te prouver son amour, tu ne seras pas convaincue.
  • Tu cherches à montrer une image parfaite et à cacher tes défauts pour éviter que ton partenaire découvre qui tu es vraiment, c’est-à-dire un être humain avec des blessures et des faiblesses (Ps: tu es comme tout le monde). Cette pression constante t’empêche de te connecter vraiment avec ton partenaire.
  • Par peur d’être rejetée tu évites d’entrer en relation avec les hommes qui t’intéressent vraiment. Tu choisis la sécurité.
  • Tu peux avoir l’impression d’auto-saboter tes relations.
  • Quand ton couple vit une crise ou un conflit, tu préconises la stratégie de fuite, la solution extrême (se séparer) ou tu rejettes l’autre violemment, de peur qu’il te rejette toi.
  • Tu peux avoir un conflit avec ton image de femme.
  • Tu peux rejeter ton droit d’exister, avoir du mal à prendre ta place et considérer tes propres besoins et limites.
  • Tu penses que tu dois te battre pour avoir une place au lieu de simplement avoir ce droit en étant toi.
  • Si cette peur d’être rejetée est forte, tu peux aussi totalement rejeter l’amour dans ta vie.

Si tu es très touchée par le rejet, tu pourrais aussi

• Avoir de la difficulté à donner ton opinion.
• Te culpabiliser facilement.
• Vivre de l’angoisse, de l’anxiété. Tu peux avoir peur de paniquer, de faire de l’anxiété, d’angoisser. C’est une forme de fuite au lieu d’aller de l’avant et d’explorer en sachant qu’il n’y a aucun danger mortel comme on pourrait dire.
• Difficulté à regarder dans les yeux.
• Avoir peur de recevoir le meilleur en tout, repousser les compliments, etc.
• Peux te sentir redevable de recevoir de l’aide donc tu préfères t’isoler une fois de plus et t’épuise à tout faire seule.
• Camoufle tes besoins, car tu ne veux pas déranger.
• L’approbation des autres te sécurise.

Comment l’hypnose agit sur cette blessure du rejet

En allant chercher et soigner son enfant intérieur blessé grâce à l’hypnose humaniste, mais aussi en faisant des actions concrètes.

Voici quelques moyens pour soigner la blessure de rejet

1.Inutile de se sentir vexé. Tout le monde a le droit de ne pas être d’accord avec soi, d’avoir ses opinions, d’exprimer des ressentis qui peuvent différer des tiens. Deviens observatrice de tes réactions et de celle de l’autre. Car l’autre personne aussi peut s’exprimer à partir de ses blessures. Oses préciser ton point de vue, prendre ta place. Exerces toi à le faire pas à pas au lieu de fuir dans la peine ou la frustration. Évites de laisser tout ça prendre du pouvoir sur toi. Sinon, c’est comme avoir vécu quelque chose durant deux minutes et le faire durer très longtemps.

2.Essaye de te dissocier du rejet. C’est ton opinion, ton projet qui peut être potentiellement être rejeté et non toi personnellement. Inutile de te rejeter toi même en plus. Si une personne veut s’éloigner de toi, ce n’est pas nécessairement dû à toi, mais en rapport avec la situation qui ne lui convient pas. Un « non » provenant de qui que ce soit n’a rien à voir avec ta valeur spécifiquement.

3.Ne fuis plus. Le mécanisme de défense associé au rejet est la fuite. Donc, devant ce sentiment, il peut arriver que tu t’isoles dans ce temps-là et que du stress, de l’anxiété émergent pour inconsciemment tenter de te protéger, mais ça ne règle rien. Choisis plutôt de te sentir bien ancré au présent, amuses toi, fait quelque chose qui te suscite du bien-être, qui te fait sentir vivante, enjouée, relaxe au lieu de ruminer ce qui est déjà passé et fuir dans des scénarios activés par le mental. Ça ne veut aucunement dire de ne pas régler ses problèmes, de ne pas prendre position, mais d’éviter d’amplifier inutilement, générant ainsi des cycles de souffrances multipliés.

4.Dire non au mal-être. Dans le cas des sentiments difficiles comme le rejet, on demeure trop souvent soumis à l’émotion ou à une autre personne par exemple. Il importe de devenir observateur de ce qui est et agir comme un acteur de changement. La peur de se tromper, d’être jugé, la soumission, gardent l’être comme dans une cage inutilement. Oses faire de nouvelles choses qui optimisent ta confiance et ton estime personnelle et  éloignes toi davantage des situations qui suscitaient ces états limitatifs.

5.Redéfinis tes perceptions.  Prendre de la distance face à la situation en gardant seulement l’apprentissage et non une charge émotionnelle suractivée par l’analyse, le mental, l’ego. Si ça ne fait pas notre affaire, à nous de nous élever au-dessus de ça de façon positive et constructive, et de nous en servir pour rehausser notre confiance et estime personnelle, car la vie nous fera vivre ici et là de telles situations au fil des ans, on le sait. Tu le sais et le ressent que le fait de maintenir une basse vibration attirera ce que tu redoutes. S’apitoyer ne fait que favoriser le mal-être et le perpétuer. Il en va aussi de la responsabilité des autres, de changer pour le meilleur bien entendu.

6.Un signal pour mettre de l’ordre. Il peut être aussi possible d’utiliser certaines situations de rejet comme un indicateur qui nous informe que des changements peuvent être à faire.

Gare aux pensées et croyances défaitistes envers vous-même, comme par exemple «  Je ne suis pas à la hauteur », « Cette personne est trop bien pour moi », etc. C’est une forme d’ordre à rétablir que de se trouver de plus en plus une personne merveilleuse qui apprend pas à pas sur la belle route de la vie.

J’aime me rappeler ce dicton

« Chaque rupture vous a sauvé, cet amour qui a touché à sa fin pour une bonne raison. Toutes les belles choses que vous vouliez tant ne se sont pas terminées pour une mauvaise raison. Cela vous a emmené vers un voyage vers l’amour de soi, l’amélioration, le respect de vous-même, la maturité émotionnelle. Cela n’a pas duré éternellement car quelque chose de mieux vous attend »

7.Oses dire non. Prends position pour cesser de te rejeter toi-même. Oses le dire si quelque chose ne te plait pas, ne te convient pas. Tu évites ainsi l’accumulation de frustrations ou émotions difficiles et tu protéges tes énergies. En plus, tu pourras passer à autre chose plus rapidement. Et si un désagrément arrive quand même, prends du recul, confie-toi, va faire une marche dans la nature, fais toi plaisir, pensez à toi !

Comment sait on que notre blessure de rejet s’apaise?

Tu sais que tu as guéri ta blessure de rejet, lorsque tu apprends à t’affirmer, à affronter les situations, à prendre ta place, que l’on t’a si souvent refusée. Tu vas même plus facilement vers les autres sans te rejeter toi-même.

Tu ne fuis plus au moindre problème, tu habite de mieux en mieux ton corps, ton expression, ton ancrage.

Tu n’es plus une personne intrusive, introvertie, extravertie.

La solitude n’est plus subite, elle est choisie.

Tu sublimes ta blessure de rejet quand tu prends conscience de ta capacité de t’en sortir seule et de bien réagir.

OUI, JE VEUX CALMER MA BLESSURE DU REJET

Si tu veux en savoir plus sur les blessures de l’âme, j’ai écris d’autres articles:

Venir à bout de la blessure du rejet

Être rappelé

Tu souhaites en savoir plus sur ma méthode ? Avoir un avis personnalisé sur ton problème ?

Réserve ton RDV découverte gratuit